Julie Espiau

Je crée des sculptures céramiques représentant des corps féminins voluptueux à la limite de l’abstraction , où les vides représentent les émotions intimes des femmes face aux regards sur leur enveloppe corporelle. Mes femmes ont des traits de nymphes (naïades et sirènes) que j'imagine au bord de l'océan mon cadre d'inspiration.

Au travers des naïades et des sirènes, je prends le contrepied de la représentation classique des nymphes. Mes sculptures s'éloignent de cette image trop normée pour représenter toutes les femmes. La beauté d’un corps ne se réduit pas à un être parfait. Elle réside au contraire dans sa particularité et surtout dans sa différence. Bien plus que la simple représentation des corps, il s'agit d'exprimer les émotions exacerbées en passant à travers l’enveloppe corporelle pour faire resurgir l’intime, le personnel. Ce que l’on veut, ou ne peut pas dire.

Mon travail d'artiste porte sur les attitudes et les émotions des femmes qui sont mises en relief par une opposition de courbes et de lignes. Je modèle la matière et sculpte le vide, comme autant de destinations pour dévoiler les émotions et l’intime. C’est le début de la rencontre entre notre perception et nos sens les plus profonds

Un parallèle s'est établit entre la fragilité de mes œuvres et ma fragilité physique. La céramique est une matière à la fois exigeante et fragile. Je m'en sers pour sculpter le vide, avec des corps semblant parfois défier la pesanteur pour retranscrire l'émotion.

Mon installation sur la côte basco-landaise et la proximité avec l’océan est une source constante d’inspiration. Pour créer, je me nourris de toutes les représentations féminines et des attitudes corporelles que je retrouve dans mon quotidien, sur les plages ou autres, mais aussi des formes que j’observe dans la nature.  Ensuite, je laisse mon imagination s’exprimer.