Aurore Pomies

- P(AR[T])éidolie -
Une (parenthèse) d’imagination

« La beauté se trouve dans tout ce qui enchante les SENS, nourrit l’AME
et enflamme l’IMAGINATION »

Thomas KINKADE
*
Artiste autodidacte, j’ai toujours eu un crayon dans la main...
Au fil du temps, mes dessins abstraits, qui étaient d’abord de petits gribouillages de coins de feuilles, sont apparus plus clairement et se sont précisés dans leur identité et dans leur technique, devenant du dessin intuitif.

Un « phénomène » tout aussi étrange que fascinant me touche depuis plusieurs années me permettant de m’émerveiller au quotidien et de garder mon
âme d’enfant …

*
LA paréidolie,
du grec « para » : « à côté de » et « eidos » : « apparence, forme », est un phénomène psychologique étonnant qui consiste à associer un stimulus visuel informe à un élément clair et identifiable. Ce principe cognitif complexe est plus un mécanisme durant lequel on devine plus qu’on ne voit.
C’est au travers de mes dessins qu’entre en jeu toute la magie de la paréidolie grâce à l’imagination de chacun.
Cette dernière vient mélanger différents éléments pour constituer une histoire…

Le Dessin intuitif,
est un art profondément libre, sans règles, sans limites et surtout, sans attentes de production.
Faisant appel à l’intuition, la spontanéité et l’imagination, il permet l’accès aux émotions.

*

Pour ce qui est de l’envers du décor, j’aime installer une atmosphère de création particulière. Cela peut être dans un silence quasiment méditatif ou me retrouver en pleine nature pour être plus connectée à mes sens. Mais la majorité du temps c’est la musique qui m’accompagne.

Avec mes feutres POSCA, à encre ou à alcool, je me laisse aller et guider par les traits, les arrondis…
Les « défauts » deviennent des formes. Un trait que je souhaitais plus droit devient finalement un rond, une tâche imprévue amène une nouvelle forme.
L’idée étant de faire qu’un « imprévu » puisse devenir une opportunité et accueillir ce qui vient comme ça vient.

*

Au travers cette expérience du dessin intuitif, je cherche à définir les contours d’un état d’être en expérimentant :
le lâcher prise, l’instant présent, le moment suspendu, la pleine conscience, la connexion à soi, le fait de se recentrer, l’apaisement, la créativité, l’éveil des sens, le multi-art, l’expression, la concrétisation de ses émotions : « extérioriser l’intérieur », la prise de recul.

*

Par mes dessins, je souhaite créer un point de rencontre. Celui-là même qui permet de relier deux histoires : la mienne ; mon éducation, ma culture, mes expériences, mes émotions, etc.. ; et celle de la personne qui regarde l’œuvre, avec sa propre vision, ses ressentis, son vécu, …
Quand viennent s’entremêler les choses …
Les dessins n’ont volontairement pas de titres pour éviter d’influencer le spectateur afin qu’il puisse interpréter à sa façon ce qu’il voit.

Dans cette idée d’infini, il y a autant d’interprétations possibles que de personnes qui regardent.
De plus l’état émotionnel du moment rentre en ligne de compte. Une interprétation aujourd’hui ne sera peut-être pas la même demain.

Le fait de ne rien voir, rien deviner est aussi une forme d’interprétation possible.
La richesse se situe dans le fait d’éveiller quelque chose chez l’autre, de lui faire vivre un moment, une expérience particulière, de lui permettre de faire appels à ses souvenirs, à ses émotions, à ses connaissances, à tout ce qui le définit lui dans son individualité.

« Le plus important n'est pas ce que l'on donne aux autres, mais ce que l'on éveille et permet en eux. »

Jacques SALOMÉ

*
Le regard du spectateur est pour moi la dernière étape à mes dessins. Il permet de le faire vivre autrement, de lui permettre parfois de parler de moi à travers les yeux de l’autre.
C’est dans le regard de l’autre que l’œuvre n’appartient plus à son artiste et revêt cet aspect universel justement dans cette idée d’interprétation multiple et personnelle.

« C’est au spectateur de terminer l’œuvre de l’artiste. C’est la personne qui se trouve devant le tableau qui achève l’œuvre en la regardant ».

Mark ROTHKO

*

Cette exposition immersive est une opportunité d’inviter le spectateur dans l’univers de l’artiste en tentant de recréer l’ambiance dans laquelle certains dessins ont été réalisés. Vous trouverez donc des QR code en dessous de certains dessins.

***

Prenez un instant pour vous laisser envahir par votre imagination et plongez dans l’expérience de la paréidolie …

Je suis Aurore POMIES, j’ai 33 ans et exerce le métier d’éducatrice spécialisée.

Mon âme d’artiste est nourrie et influencé par plusieurs peintres comme Dali, Kandinsky, Miró. Le street’art est aussi une de mes sources d’inspiration. Mais je puise également dans la nature, le quotidien et toutes ses petits détails. Mes dessins sont aussi beaucoup influencés par la musique, qui m’accompagne tous les jours et parfois durant mes temps de création.

Je dessine depuis petite. Le figuratif a été mon premier média mais le dessin abstrait a toujours été présent, sous forme d’abord de gribouillages de coin de feuille. Au fil du temps, les dessins se sont précisés dans leur style (dessin intuitif) et dans la philosophie artistique.

Etre dans l’instant présent, faire appel à la spontanéité, sans cadre défini, sans jugements, simplement s’exprimer : donner forme à l’éphémère qu’est une émotion, un état, un moment.

« L’art peut mourir, ce qui compte ce sont les graines qu’il sème sur terre » Miró.